La (mé)-connaissance des outils et politiques PSHEA au sein d’une ONG

Avez-vous déjà demandé à des employés d’une ONG s’ils connaissent la politique de l’organisation concernant la PSEA ? Il est possible, voire probable, que leurs réponses aient été très approximatives.

Lors de l’enquête réalisée en Décembre dernier, Humanitalents a pu se rendre compte que les humanitaires ne savent pas forcément quels outils existent dans l’organisation où ils travaillent.


Les réponses à ces sept questions sont à considérer avec précaution. Il s’agit des perceptions des personnes sondées et non pas des ressources effectivement disponibles dans les structures où iels travaillent.

On peut observer que pour les trois premiers documents (code de conduite, politique PSEA et mécanisme d’alerte) il y a une grande majorité de oui. La situation se complique pour les documents suivants. 

5% des participant.e.s déclarent ne pas savoir si dans leur organisation il existe un code de conduite ou code éthique. Iels sont 34% à ne pas savoir s’il existe un guide d’enquête, 11% à ne pas savoir s’il existe une politique spécifique et un mécanisme d’alerte, 21% à ne pas savoir s’il existe des modules de formation/sensibilisation, 22% à ne pas savoir s’il existe une équipe de crise pré-identifiée et 21% à ne pas savoir s’il existe au sein de leur organisation un dispositif de support psychosocial aux victimes. Ces chiffres révèlent un manque de communication sur les politiques et outils. Les développer c’est une première étape mais ce n’est pas suffisant. Il faut ensuite s’assurer que les documents sont connus et compris.

Et vous, savez-vous quels procédures et outils sont disponibles au sein de l’organisation où vous travaillez ?

Pour plus d’informations n’hésitez pas à lire le résumé de notre rapport ou le rapport lui-même.